De politiques consensuelles aux arbres de viabilité

Version imprimableEnvoyer par courriel
2017-12

Auteur(s):

Éviter la contestation d’acteurs aux objectifs divers et parfois contradictoires est un défi majeur pour le développement durable et pour l'identification de politique pour la biodiversité et les services éco-systémiques. De plus, respecter les seuils d’acceptation des différents acteurs indépendamment n'est pas suffisant parce que des interactions, des dynamiques à la fois économiques et économiques ont lieu et induisent des contraintes d’acceptabilité plus exigeantes. Dans cet article, nous soutenons d'abord que ces limites et ces espaces écologico-économiques ‘consensuels' peuvent être identifiées de manière endogène avec les concepts mathématiques de noyau de viabilité et de contrôle viable. Ensuite, nous montrons comment ces ‘noyaux consensuels’ ont des composantes, telles que le prélèvement des ressources, caractérisées par une fenêtre de viabilité pour tandis que d'autres composantes, en particulier la biodiversité, ne sont limités que par seuils planchers. Ainsi, en utilisant des diagrammes en radar, nous montrons comment ces noyaux consensuel peuvent prendre la forme d'un arbre que nous nommons arbre de viabilité. Ces arbres de viabilité captent l'idée que le potentiel de renouvellement de la biodiversité combiné à une utilisation modérée des services écosystémiques sont des éléments essentiels pour la durabilité des écosystèmes socio-écologiques et la conception de politiques publiques évitant la contestation des différents acteurs concernés.

JEL Class  

Q2, Q5, C3, C6

Mots-clés  

Contestation, scénarios, économie écologique, durabilité, viabilité.