Financiarisation et politiques industrielles au Japon et en Corée du Sud : Evolution des complémentarités institutionnelles et déclin des capacités de l’Etat

Version imprimableEnvoyer par courriel
2017-17

Auteur(s):

Le but de cet article est d’analyser le renouveau des politiques industrielles depuis la fin des années 2000 au Japon et en Corée du Sud et ses limites. Notre approche a deux caractéristiques principales. Tout d’abord, nous adoptons la perspective de l’institutionnalisme historique pour nous concentrer sur la relation entre les politiques industrielles et les systèmes financiers en étudiant leur évolution depuis les quarante dernières années. Ensuite, en mobilisant les concepts de complémentarités et de hiérarchie institutionnelles, nous discutons les limites de ce renouveau dans un contexte de libéralisation des systèmes financiers, à laquelle les institutions gouvernementales en charge de la politique industrielle ont contribué. Notre principal résultat est que, dans le contexte de la financiarisation, les complémentarités passées de l’Etat développeur se sont affaiblies et des contradictions sont apparues. Cela a conduit à une restructuration des capacités de l’Etat pour concevoir et mettre en place des politiques industrielles et à l’incapacité de subordonner la finance à leurs objectifs, malgré les discours et les ambitions des gouvernements. Cependant, et c’est notre second résultat, la comparaison entre le Japon et la Corée du Sud nous permet d’identifier des différences significatives dans les arrangements institutionnels initiaux et dans le processus de changement institutionnel, qui sont analysés comme les sources d’une plus grande capacité de l’Etat en Corée qu’au Japon dans la période actuelle.

JEL Class  

025, 053, P110, P16, P51

Mots-clés  

complémentarités institutionnelles, hiérarchie institutionnelle, Etat développeur, capacités de l’Etat, financiarisation