La diffusion d’un choc sur un réseau régulier large : le rôle des cycles transitifs

Version imprimableEnvoyer par courriel
2018-10

Ce papier étudie les effets des cycles transitifs dans le réseau liant les institutions financières sur l’ampleur de la contagion financière. Nous analysons comment un choc exogène se propage sans contraintes dans le système, en provoquant des pertes  à travers les liens (obligations financières), en supposant que les institutions financières sont liées par un réseau régulier dans lequel la même structure se répète. L’ampleur de la contagion est mesurée par la limite des pertes individuelles quand la diffusion continue dans un réseau infiniment large. Cette mesure indique comment une structure peut faciliter la diffusion d’un choc par sa structure, sans tenir compte d’autres facteurs pouvant aussi jouer un rôle.

Notre analyse montre deux résultats principaux. Premièrement, l’ampleur de la contagion diminue quand la longueur des cycles transitifs minimaux augmente, en gardant la densité du réseau constante. Deuxièmement, quand la densité du réseau augmente l’ampleur de la contagion peut diminuer ou augmenter, car l’addition des nouveaux liens peut diminuer la longueur des cycles transitifs minimaux. Nos résultats offrent de nouvelles perceptions pour mieux appréhender le risque systémique et  seraient utiles pour élaborer des indicateurs supplémentaires afin de réguler le système financier.

JEL Class  

G33, D85, C69, C02

Mots-clés  

contagion financière, réseaux, diffusion de choc, cycles transitives, degré.