20 Juin – Séminaire GREThA: Ghislain Geniaux

15 h30

Organisé par GREThA – programme 2

Ghislain Geniaux  (INRA)

"Modélisation des dynamiques foncières à partir bases de données géohistoriques  de grande taille"

Résumé :

Cette communication porte sur les avancements méthodologiques et les résultats scientifiques du projet UrbanSIMUL (https://urbansimul.fr). UrbanSIMUL est un outil d’aide à la décision en matière de planification urbaine et de prospection foncière élaboré dans le cadre d’un partenariat long (2009-2019) entre la recherche (INRA, Cerema), les acteurs publics régionaux (Région PACA, DREAL PACA) associant autorités locales en charge  de la planification urbaine (communes, intercommunalités) et les structures publiques d'acquisition foncière (Établissements Public Foncier).

L’accès à une base de données unique à l’échelle parcellaire sur la propriété (DGFIP), les prix du foncier (DVF) et l’immobilier et la réglementation sur plus de 5 millions de parcelles suivies annuellement de 2007 à 2017, nous a permis :

-       de disposer dans ce projet d’une base d’apprentissage unique pour l’analyse statistique des dynamiques urbaines et des dynamiques des marchés fonciers.

-       de systématiser l’identification des gisements fonciers disponibles : ce type d’information est essentielle pour évaluer finement l’offre foncière qui est une variable clé en économie urbaine (voir Geniaux, Napoléone et Leroux 2015, RERU),

-       de concevoir plusieurs modèles  prospectifs à l’échelle parcellaire sur les probabilités des changements d’occupation du sol, sur les capacités constructives et l’offre foncière, et sur les dynamiques de population à l’échelle communale.

Les modèles prospectifs d'UrbanSIMUL reposent sur des avancées méthodologiques en économétrie spatiale en bigdata (Geniaux et Martinetti (2017) RSUE,  Martinetti  and Geniaux (2017) RSUE,  voir R packages mgwrsar and ProbitSpatial) et en machine learning (boosting avec prise en compte autocorrélation spatiale). Deux de ces modèles visent notamment à prédire la capacité constructive des parcelles et leur probabilité de devenir bâties à plus ou moins long terme à partir d’une gamme très large de descripteurs sur les propriétaires, la réglementation urbaine, les contraintes réglementaires et physiques, les contextes de voisinage et les comportements locaux passés des régulateurs en matière de gestion de l’urbanisme. Je présenterai,  en prenant comme exemple ces deux modèles et leurs récents résultats, les défis méthodologiques que soulèvent les analyses de base de données géohistoriques  de grande taille et les opportunités qu’elles ouvrent dans la compréhension des dynamiques foncières et des facteurs jouant sur les décisions individuelles.

 

 Jeudi 20 juin 2019

15h30-16h30

Salle Manon Cormier, campus Pessac

Localisation de l’événement